Apnée du sommeil : comprendre le trouble pour mieux l’éviter

If only you knew what I dream about. Young woman sleeping in bed. Close up.

Bien qu’il soit facile de dormir, des troubles peuvent survenir pendant ce moment de repos. L’apnée du sommeil est une pathologie caractérisée par des arrêts momentanés de la respiration, au cours du sommeil. Pouvant se répéter plusieurs fois pendant la nuit, c’est une maladie qui perturbe le repos nocturne et qui touche presque toutes les personnes, qu’on soit grand ou petit, jeune ou vieux. Les plus vulnérables sont les personnes obèses, à cause de leur surpoids. Découvrez à travers cet article, ce qu’est l’apnée du sommeil, afin de mieux la comprendre pour l’éviter.

L’apnée du sommeil : qu’est-ce que c’est ?

L’apnée du sommeil est une pathologie qui provoque des arrêts respiratoires involontaires chez le souffrant. Elle est le plus caractérisée par des ronflements forts la nuit, rendant pénible le sommeil. Les personnes atteintes de ce mal, sont très souvent épuisées à leur réveil. Pathologie pas comme les autres, on note trois causes de l’apnée du sommeil. La première cause se manifeste par une occlusion des voies respiratoires par la langue et les muscles de la gorge, ce qui entraîne une respiration partielle ou parfois un arrêt de la respiration. L’apnée du sommeil peut aussi être d’origine neurologique. Dans ce cas, le cerveau ne stimule pas la contraction des muscles respiratoires. Il s’ensuit donc, une insuffisance d’air dans les voies respiratoires, ce qui conduit également à une apnée du sommeil. La troisième cause est un regroupement des deux premières. Elle est atteinte respectivement en passant par la première, puis par la seconde. Pour mieux cerner cette pathologie, il faut comprendre qu’à l’origine, suite à des dysfonctionnements des voies respiratoires, le sommeil est perturbé par des arrêts momentanés appelés apnée. L’une des causes pas moins négligeables de cette maladie, est une mauvaise hygiène de vie (alcool, toxicomanie, mauvaise alimentation, etc.).

Comprendre les contours de l’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil est une maladie qui provoque chez le patient, des ruptures de la respiration pendant son sommeil. Seul l’individu concerné ne s’en aperçoit pas, sinon il est assez critiqué par son entourage à cause des ronflements que peut occasionner cette pathologie. Le mal à respirer aussi est une manifestation de l’apnée du sommeil, bloquant les voies respiratoires durant le sommeil. Ces manifestations ne sont pas sans conséquences, car certains cas peuvent entraîner la mort. Aussi, l’apnée du sommeil peut déclencher la dépression et l’hypertension artérielle. Le diabète, la perte de mémoire et l’obésité, sont aussi les conséquences de cette maladie, sans oublier une diminution de la libido et des taux élevés d’accidents de voiture. Les personnes atteintes de cette maladie, représentent une diminution de l’espérance de vie.

Préventions et traitements de l’apnée du sommeil

Même si les personnes obèses sont les plus exposées, tout le monde peut faire des apnées de sommeil. Toutefois, il existe des moyens de prévention de la pathologie. Ainsi, il faut avoir un poids qui correspond à son âge et à sa taille. Ceci passe par une alimentation équilibrée et une pratique d’une activité sportive au moins. En dehors de la perte de poids, dormir sur le côté favorise une meilleure entrée d’air dans le corps, ce qui empêche des séquences d’apnée. Toujours en posture de sommeil, surélever la tête du lit permet d’avoir le cou un peu plus incliné que d’habitude, favorisant un relâchement des muscles respiratoires. Les somnifères, l’alcool et la toxicomanie, sont des pratiques à éviter pour ne pas avoir des apnées de sommeil. Certaines allergies respiratoires peuvent aussi être responsables de ce trouble.
Comme la plupart des pathologies, il est possible de soigner le mal afin d’éliminer les difficultés de respiration du patient pendant son sommeil. Solution à portée de main, la prise de mesures hygiéno-diététiques est la première forme de traitement de la maladie. Même si elles sont d’efficacité moindre et transitoire, elles permettent de corriger les formes moins sévères. Les traitements positionnels sont également privilégiés. La ventilation en pression positive, les orthèses buccales et certains traitements chirurgicaux, permettent de corriger le mal.