Crise cardiaque, le défibrillateur a t’il son importance ?

Posséder un défibrillateur, c’est augmenter le taux de survie d’une victime de 10 % par minute !

Une vie de sauver grâce au défibrillateur

Dans la région de Normandie, s’est déroulé, le 8 mars 2019, un sauvetage grâce à un défibrillateur. En effet, lors d’un match de ping-pong, un joueur coutançais a failli perdre la vie. Il aurait été pris d’un arrêt cardiaque et sa survie a été possible grâce à l’utilisation d’un DEA par ses partenaires de jeu.

Il est courant dans les hôpitaux (surtout dans le compartiment des urgences) de tomber sur des appareils nommés défibrillateur. Le défibrillateur est un appareil qui permet de corriger la fibrillation ventriculaire (c’est le fait que le cœur batte si faiblement qu’il n’arrive plus à irriguer correctement le cerveau en sang). Il faut noter que la fibrillation ventriculaire est différente de l’arrêt cardiaque. Selon les rapports d’étude de bon nombre d’organisations à but non lucratif, toutes les 15 minutes, une personne est victime d’arrêt cardiaque, se soldant par un décès dans 80 % des cas. Cette observation a motivé la prise de précautions légales, à savoir : le décret 2018-1186 et la loi N°2018-527. On retient simplement que ces deux mesures obligent à l’installation d’un défibrillateur dans les lieux à grande fréquentation. Il existe deux types de défibrillateurs, à savoir : le DEA (Défibrillateur Entièrement automatisé) et le DSA (Défibrillateur Semi Automatisé).

En savoir plus sur le défibrillateur ?

Le DEA est un défibrillateur avec commande vocale qui donne des instructions avant de délivrer le choc. Il est le défibrillateur recommandé pour l’usage du grand public. Le DSA, quant à lui, garde une fonction manuelle qui consiste à ce que le sauveteur appuie un bouton avant que le choc ne soit émis. L’inconvénient est que, lorsque la victime est touchée par le sauveteur, elle ne recevra pas le choc. Donc, il faudrait faire plus attention dans l’utilisation de ce genre de défibrillateur. Si avoir un défibrillateur est important, il est essentiel aussi d’en choisir un meilleur. Le site web Restenvie.com propose une liste de critères à suivre afin de ne pas se tromper dans le choix de son défibrillateur. En effet, il est primordial que le défibrillateur ait l’approbation de la Food and Drug Administration (FDA) qui est basée en Amérique.

La FDA est la seule institution capable d’agir contre les fabricants d’instruments médicaux ayant fait preuve de faute lors de la conception. Deuxièmement, il est préférable que le fabricant du défibrillateur ait des locaux sur le territoire national dans le cas où il y aurait de défaut de fabrication. Troisièmement, il faut examiner la puissance que peut fournir le défibrillateur, car à moins de 150 joules d’énergie, le choc produit n’aura aucun effet sur la victime. Quatrièmement, sa facilité d’utilisation et son ergonomie sont une caractéristique qui pèse beaucoup dans le choix du défibrillateur. Enfin, le coût de l’appareil ne démontre pas forcément sa qualité. Ainsi,  on peut avoir des défibrillateurs de basse qualité à des prix élevés. Il est important de notifier qu’un défibrillateur DEA procure plus d’avantages qu’un DSA tels que:

  • Une rapidité de prise en charge : avec le DEA, il est plus rapide de démarrer la réanimation d’une victime.
  • Une aisance dans l’utilisation : vu que le système est entièrement automatisé, le sauveteur se sentira plus rassuré, car sa marge d’erreur est de quasi zéro
  • L’auto fonctionnement : le DEA émet des chocs réguliers et une analyse du rythme cardiaque est faite toutes les 120 secondes. Il faut aussi dire que le massage ne subit aucun signe de faiblesse ni de panique humaine ce qui a pour effet d’augmenter les chances de survie.
  • Les instructions vocales : le DEA est doté d’un système préconçu pour donner des instructions vocales. Ainsi, dès la pose des électrodes, le DEA fera le travail de réanimation jusqu’à l’arrivée des secours.